Press "Enter" to skip to content

Messe du mercredi 15 avril

Nous vous avons proposé de partager en direct cette célébration dans l’Octave de Pâques le mercredi 15 avril à 19h.

Homélie

« Nous, nous espérions que c’était Jésus qui allait délivrer Israël – qui allait nous sauver- Mais voici déjà le troisième jour qui passe depuis qu’il a été crucifié. »

… Découragés, les disciples d’Emmaüs !

Expérience que font un certain nombre d’entre nous, en particulier en ce moment : Marre du confinement, inquiétude pour l’avenir, désolation en voyant les dégâts occasionnés par le virus.

Face à tout cela, un cri : « Dieu, où es-tu, Dieu, que fais-tu ? » Mais surtout… ne nous trompons pas de Dieu ! Comme le dit vigoureusement Jésus aux disciples d’Emmaüs « Esprits sans intelligence ! Comme votre cœur est lent à croire tout ce que les prophètes ont dit ! Ne fallait-il pas que le Christ souffrît cela pour entrer dans sa gloire ? » Et, partant de Moïse et de tous les Prophètes,il leur interpréta, dans toute l’Écriture, ce qui le concernait. » Pensez-vous que Dieu tout-puissant et plein d’amour allait intervenir pour empêcher qu’on crucifie son fils… en envoyant douze légions d’anges! Pensez-vous qu’il arrêter d’un coup de baguette magique la pandémie, les guerres et tout ce que l’homme fait de travers. Ca nous arrangerait bien et on imagine qu’à force de le supplier, il va descendre de son ciel… Mais Dieu voit bien ce qui nous arrive, il en souffre avec nous.

En fait… à la question « Dieu, où es-tu, Dieu, que fais-tu ? », pas de réponse convenue, mais simplement « Il entra pour rester avec eux. » nous est-t-il dit dans notre évangile, après que les disciples d’Emmaüs aient demandé à Jésus : « Reste avec nous, car le soir approche et déjà le jour baisse.» avec comme résultat le fait d’être comblé par la Parole et le pain rompu : « Notre cœur n’était-il pas brûlant en nous, tandis qu’il nous parlait sur la route et nous ouvrait les Écritures ? » C’est toujours Dieu qui a l’initiative ; Jésus se joint aux disciples d’Emmaüs et propose d’ouvrir leur coeur à l’intelligence de l’Ecriture et à sa présence. C’est en lui que nous pouvons puiser… la patience et la douceur ; la force et le courage.

Le doute est humain, et l’expérience de la présence de Dieu dans le monde ou en nous peut être plus ou moins forte selon les jours. Mais il suffit d’avoir goûté sa présence une fois pour savoir que Dieu est fidèle et qu’il ne nous abandonne pas. Nous sommes dans sa main. Il est venu habiter chez nous et il est avec nous tous les jours jusqu’à la fin du monde. Alors bien sûr, il faut prier pour suivre le Christ à jamais vivant et tout amour.

Leave a Reply